Le protestantisme existe-t-il toujours ?

Marie est triste : pour elle, depuis vingt ans, le protestantisme réformé n’est plus en perdition, il n’existe plus. Elle ne retrouve plus ce qu’il lui avait apporté personnellement mais aussi ce qu’elle pense qu’il a apporté à notre pays.

Elle énumère la laïcité, le combat pour la contraception et l’avortement, la libération des addictions, la lutte pour l’indépendance des pays colonisés, l‘émancipation d’attitudes religieuses et des croyances d’un autre temps. Elle résume en disant « il m’a appris la liberté. La foi pour moi, c’est tout cela, ce n’est pas la religion ».

Bravo Marie. Mais pourquoi toutes ces bonnes choses cesseraient-elles ? Cette foi qui est la vôtre doit-elle passer par ce qu’était la religion protestante. Ces combats et d’autres à venir, restent possibles.

Car le protestantisme n’est plus à même de les mener. Il s’est replié sur les actes religieux et reste muet devant les grandes questions de la vie. Il n’ose plus dire ni ce qu’il est ni ce qu’il croit. Il tourne en rond et sur lui-même. Pour les autorités de notre pays, c’est comme s’il n’existait pas. Il est assimilé à la religion chrétienne, en France ceci veut dire au catholicisme ou aux évangélistes.

C’est une souffrance pour les plus âgés, ce n’est plus d’actualité pour les plus jeunes. Ils ne sont pas là. Qu’à cela ne tienne, nous gardons notre liberté de critiquer, de remettre en cause et d’agir. C’est vrai dans la société mais aussi dans ce qui reste de l’église.

Là est le point de départ d’une religion renouvelée : ne pas chercher à faire vivre l’église, pour mieux se consacrer à ce qui apporte la libération, cela peut paraître apostat, mais n’est-ce pas chercher à vivre l’évangile tel que le vivait Jésus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*